Créations AD - Xocolatl Chocolaterie  2015-Tous droits réservés


FR EN

Suivez la chocolaterie!


Pour une dégustation réussie






Tous savons comment manger du chocolat, non? Oui bien sûr! Tout le monde sait «manger» du chocolat, mais qu’en est-il de le déguster? Comme nous vivons dans un monde ou tout va trop vite, il est parfois difficile de prendre le temps de bien apprécier les choses qui méritent de l’être. De plus en plus, nous voyons des gens s’intéresser aux arômes du vin, aux produits du terroir, au café et le chocolat, lui, prend sa place un peu plus tranquillement. La raison peut être dans nos habitudes de consommateur, le chocolat est associé à la barre Mars de notre enfance ou le coco de Pâques de la pharmacie, si nostalgiques et... sucrés?


Malgré l’association du chocolat à des réjouissances spécifiques comme la St-Valentin ou Pâques, nous devrions aller au delà de ces événements. La dégustation de chocolat de qualité est tout aussi satisfaisante qu’une dégustation de vin et est tout aussi intéressante qu’un plateau de fromages. Une dégustation de chocolat peut être bien préparée ou tout simplement improvisée! Quelle qu’elle soit, cela reste toujours un moment de plaisir et de complicité! Ne dit-on pas qu’on ne peut manger du chocolat sans sourire?


Pour vous aider dans vos dégustations, j’ai décidé de créer cette page qui vous guidera dans les différentes étapes à suivre pour une dégustation réussie.   Je vous expliquerai deux différentes méthodes de dégustation  : une rapide et une qui demande un peu plus de préparation.


Dégustation rapide


Pour une barre de chocolat ‘’normale’’ ou lorsque vous êtes dans une situation moins propice à une dégustation; comme dans la voiture ou pendant la pause au travail,voici:


•Casser un petit morceau de la barre de chocolat;

•Le mâcher légèrement;

•Le faire passer partout dans votre bouche pour la ‘’nettoyer’’;

•Prendre un plus gros morceau, environ 10 grammes;

•Le mâcher 4-5 fois;

•Laisser fondre le tout tranquillement;

•Être au paradis!

* * *



Dégustation optimale


Pour une barre de chocolat spéciale, comme la gamme «  Origines et Plantations  » que vous pouvez retrouver en boutique,   la même démarche est aussi valide. Pour une soirée dégustation, on préconise plusieurs variétés de chocolats.


Idéalement, attendre un moment où on a faim et sur un estomac reposé, dans le calme et avec attention. Commencer par deux chocolats pourrait faciliter la dégustation, puisque vous allez pouvoir les comparer.


•Regarder l’aspect du chocolat;

Points à observer : la brillance et la couleur.


•Casser la barre en morceaux moyens;

Points à observer : casse nette ou souple.


•Sentir l’arôme;


•Croquer   le chocolat deux à trois fois et l’amener au palais;

Points à observer : texture lisse, granuleuse, fondante ou collante.


•Attendre, la bouchée va légèrement exploser et ainsi libérer les flaveurs dans la bouche, il y aura un léger retour nasal;

Points à observer : acidité, amertume, sucré et astringence.

« Un truc de connaisseur:   se pincer le nez pendant qu’on laisse fondre le chocolat dans la bouche.   Juste   avant d’avaler, on relâche le nez pour découvrir les explosions d’arômes.»1


•Terminer avec la rondeur du chocolat en bouche;

Points à observer : richesse, gras, onctuosité.


•Afin de bien distinguer les saveurs de plusieurs chocolats, boire de l’eau ou manger un bout de pain blanc entre chacun.


Voici différents arômes possibles à identifier: fleurs, fruits (rouges, confits, banane, ananas), végétaux divers (champignons, truffes, vanille, brûlé, sous-bois, tabac, noisette, épices diverses), beurre, lait, cuir et fromage.

Dans la bouche, il faut être sensible  à l’équilibre et à la rondeur.   Le sucre et la texture grasse ne doivent que rehausser les saveurs et les arômes et ainsi, rester discrets.   L’odeur, la couleur la texture de surface et le bruit que fait le chocolat (quand on le casse  ; bruit net) sont des critères de qualité.   Le taux idéal de cacao se situe entre 60% et 72%, les papilles se régalent. Plus que cela, le chocolat est fort et amer. Plus de 80%, il faut aller vers les grands crus.

Retenir aussi, que le pourcentage du cacao est important, mais qu’il faut s’intéresser à son origine    : le pays, les crus et les terroirs.

1Cellier, automne 2007